Le blog des Maisons familiales rurales

MFR

Rencontre du groupe national « TICE » à l’Union Nationale des Maisons familiales rurales

1 commentaire

Le 23 octobre dernier, le groupe national « TICE » des  Maisons familiales rurales s’est réuni à l’UNMFREO pour faire le point sur les nouveaux espaces d’apprentissage numériques. Ce fut l’occasion d’effectuer un état des lieux des pratiques existantes, une étape qui a permis à chacun de constater la richesse et la diversité des innovations sur le terrain. Développement de plateformes libres de type Agora Project ou Chamilo, création d’outils de gestion des stages à distance, développement d’intranet sous Moodle ou choix de plateformes commerciales : les MFR se sont bel et bien engagées sur le territoire numérique…

1bandeau

Un  autre enjeu face à ces révolutions en marche est de bien savoir définir ces nouveaux espaces de travail, de façon à choisir le meilleur outil en fonction des besoins des établissements. Ainsi, un ENT (Espace Numérique de Travail)  d’ancienne génération orienté vers la gestion administrative (suivi des notes à distance, création de bulletins ou de conventions de stage) peut évoluer vers des espaces interactifs via de nouveaux modules de type « e-learning » (échanges de documents, messagerie instantanée, cahiers de texte numérique déjà obligatoires dans l’EN depuis 2010 et qui le deviendront bientôt à l’EA…), mais ceux-ci ne pourront pas forcément devenir de réels LMS (Learning Management System) destinés à gérer la FOAD (Formation Ouverte A Distance) ou la FOR privilégiée dans certaines MFR (Formation Ouverte au Réseau). Il existe également des CMS (Content Management System) permettant de gérer le contenu de formation, qui peuvent être aussi des « outils-auteur » (des modules permettant aisément de créer des séquences pédagogiques multimédia, interactives et évaluables à distance).

Une approche trop administrative, même si elle répond aux attentes des parents et des élèves entretenant déjà de bons rapports avec l’école (surtout en ce qui concerne la consultation des notes à distance), ne risque-t-elle pas de rebuter les jeunes et notamment ceux les plus en difficulté qui, certes seront surveillés numériquement, mais ne raccrocheront pas pour autant davantage aux apprentissages ? Par contre, pour des jeunes ayant dû s’absenter pour maladie par exemple, il peut être intéressant de disposer en ligne de modules de rattrapage ou de cours à télécharger… Tout est une question de mesure et surtout de projet : quelle place donner à ces outils dans le contexte global de l’éducation et de la formation des jeunes ? Quelle vision ?

La tendance est de préférer les outils libres aux outils commerciaux, cette solution permet une plus grande souplesse dans la réponse aux besoins des utilisateurs mais nécessite du temps de développement et des compétences bien spécifiques en interne, l’avantage financier n’est donc pas toujours évident. Parallèlement, le « Clouding » (hébergement dans le « nuage », c’est à dire sur de gros serveurs externalisés) rencontre un succès indéniable aujourd’hui, permettant de se dédouaner de la gestion de serveurs en interne tout en autorisant des espaces de stockage importants pour des coûts relativement limités, voire nuls dans le cas de certaines plateformes libres…

1Nuage33
Par Sam Johnston [CC-BY-SA-3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)%5D, via Wikimedia Commons

Une autre tendance est de soutenir et d’accompagner la gestion par les apprenants de leurs EAP (Espaces Personnels d’Apprentissage) ou PLE en anglais, agrégeant les outils et les ressources nécessaires susceptibles d’aboutir à de véritables environnements d’apprentissage tout au long de la vie… Cet accompagnement nécessite une formation des acteurs pédagogiques, afin qu’ils puissent diffuser eux-mêmes les « bonnes pratiques »…  Cette expression, critiquable sur le fond dans le sens où elle porte un jugement de valeur, est très en vogue dans le domaine des TICE et révèle le danger d’une forme d’extrémisme dans lequel il ne faut pas tomber quand on évoque le numérique. Pour obtenir l’adhésion du plus grand nombre, il est nécessaire de prendre en compte d’abord les freins rencontrés, les critiques de ceux qui, à raison, ne veulent pas s’engager « pour suivre une mode » ou au contraire craignent d’être laissés au bord du chemin…  L’outil numérique n’est pas incontournable et ne doit pas être posé comme tel, c’est un « outil en plus » dans la mallette du formateur, ni plus ni moins vertueux qu’un autre, et  qui ne doit pas entrer en opposition avec les autres pratiques existantes.

2Alliance_Française_de_Moldavie
Par Alfrmoldavie (Travail personnel) [CC-BY-SA-3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)%5D, via Wikimedia Commons

Des outils de mutualisation des pratiques et des temps de rencontres et de formation sont donc mis en place dans le réseau des MFR, et continueront à l’être, pour soutenir les équipes dans leur projet et les encourager à utiliser ce nouveau média que l’on appelle communément « Web 2.0 ».  Les besoins sont repérés et les attentes sont importantes pour :

  • créer du lien entre les différents acteurs de la formation par alternance
  • faciliter la prise de parole des jeunes
  • accompagner des pratiques déjà existantes et foisonnantes chez les jeunes
  • permettre la co-construction des savoirs entre apprenants et formateurs
  • mettre en ligne des ressources partagées, et créer un réseau autour d’un thème donné
  • renforcer le sentiment d’appartenance à un groupe, à un établissement, à un réseau
  • individualiser et modulariser les parcours et les évaluations
  • favoriser l’autonomie dans les apprentissages
  • appréhender l’informatique dans un contexte professionnel
  • maîtriser son identité numérique et construire son portfolio de compétences

Pour faciliter l’utilisation de ces nouveaux outils et espaces numériques, il apparait nécessaire :

  • de ne pas construire des « usines à gaz » mais des espaces « utiles et beaux »
  • de prendre en compte la résistance au changement, de ne pas tomber dans l’extrémisme
  • d’intégrer la place des outils numériques dans le projet global des établissements
  • de respecter le cadre pédagogique de l’alternance dans le recours à ces nouveaux outils
  • d’accompagner la gestion temporelle de ces outils par les apprenants, notamment sur les temps de rupture générés par l’alternance
  • d’accompagner la gestion temporelle de de ces outils par les formateurs, pour ne pas oublier le tutorat « en réel »
  • de prendre en compte l’évolution du profil des nouveaux formateurs, issus de la « génération Y »
  • de former progressivement les formateurs au C2i2e

En conclusion, certaines interventions résument bien les préoccupations pragmatiques des moniteurs de l’alternance des MFR concernant le numérique : « L’idéal, c’est un ENT administratif carré, respectant les préconisations de la CNIL et la sécurité des données, et d’un espace d’apprentissage plus ouvert, s’appuyant sur une base de contenus institutionnels », « la pédagogie de l’alternance doit rester le « pour quoi ? » et les outils numériques le « comment ? »… »

Advertisements

Auteur : christofbernard

Chargé de communication WEB - Union nationale des Maisons familiales rurales - 75009 PARIS

Une réflexion sur “Rencontre du groupe national « TICE » à l’Union Nationale des Maisons familiales rurales

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s