Le blog des Maisons familiales rurales

MFR

Bien-être des publics en formation : les MFR d’Ille-et-Vilaine en forum ouvert

Poster un commentaire

Mot_intro2Le vendredi 25 octobre 2013, les salariés des Maisons familiales rurales d’Ille et Vilaine se sont réunis à l’Espace des Lavandières, à Goven. Tous étaient présents : du personnel de restauration aux secrétaires, en passant par les directeurs, les moniteurs, les animateurs de vie résidentielle et les personnels chargés de l’entretien. « Quelles idées, quelles questions, quelles propositions voulons-nous explorer pour participer au bien-être de nos publics en formation ? » Telle était la question posée aux équipes présentes. Le forum ouvert a été l’outil participatif choisi.

Ce temps fort des Maisons familiales rurales d’Ille et Vilaine fait écho à l’appel à projet sur trois ans initié par le Conseil régional : « soutenir les dynamiques de prévention santé auprès des jeunes ». Les Maisons familiales rurales du département en ont fait un leit-motiv sur « l’éduquer au mieux-être ». Elles ont ainsi choisi de proposer trois temps forts : le premier à destination de leurs équipes, cette journée du 25 octobre ; le deuxième à destination des jeunes et des adultes en formation, le troisième vers les familles et les maîtres de stage. La volonté des MFR : associer l’ensemble des parties prenantes dans cette dynamique de prévention. En effet, la pédagogie de l’alternance à l’oeuvre dans ces structures de formation favorise et enrichit les relations entre partenaires, associés dans l’éducation des apprenants. L’Ag2r La Mondiale et la MSA se sont associées à ces actions.

Travail_atelier« Si tu n’es en train ni d’apprendre, ni de contribuer, passe à autre chose ! »
Dès 9h00, les salariés des MFR d’Ille et Vilaine, assis en cercle, écoutent avec attention les explications de Marie-Christine Duréault*. Sollicitée par la Fédération départementale des MFR d’Ille et Vilaine, elle consacre le début de la journée à expliciter l’organisation du forum ouvert. Sur la base de la question posée, chaque personne désireuse de proposer un sujet de discussion, l’écrit sur une feuille placée au centre du cercle. Elle l’énonce à haute voix et va ensuite l’afficher sur la place du marché. Se succèdent ainsi durant une heure trente, toutes les personnes désireuses de proposer un sujet de réflexion.

A l’issue de ce temps de propositions, chacun se déplace pour aller faire son marché. Il choisit parmi les sujets affichés, ceux qui l’intéressent. Il construit ainsi son ordre du jour. Trois temps d’ateliers d’échanges s’ensuivent, durant lesquels « tout est permis ». Quitter l’atelier (« Si tu n’es en train ni d’apprendre, ni de contribuer, passe à autre chose ! ») ; jouer au papillon ou à l’abeille en faisant circuler les idées d’atelier en atelier,… L’unique obligation est que tout échange fera l’objet d’un compte-rendu. Il est dactylographié à la salle des nouvelles, sous la houlette de Céline Poret**, autre facilitatrice invitée. Il est ensuite affiché dans le grand journal. Là, tous les participants en prennent connaissance. Il peut ainsi susciter la mise en place d’un nouvel atelier…

Salle_des_nouvelles4L’importance du « travailler ensemble »
Quelque peu perplexes, les équipes des Maisons familiales rurales prennent rapidement la mesure de cet espace de parole. Ce sont près de 30 thèmes de réflexion qui seront proposés dans le cadre des ateliers. Le déjeuner n’arrêtera pas cette effervescence. Les comptes-rendus fleurissent sur le grand journal. Chacun, stylo et papier à la main consulte périodiquement la place du marché. C’est l’effervescence à la salle des nouvelles. C’est le moment idéal où chacun apporte sa pierre à l’édifice de l’accompagnement des jeunes en formation. C’est une personne en charge de la restauration qui témoigne : « les jeunes se confient énormément au moment des repas ; nous avons un rôle important à jouer dans cet accompagnement ». Un animateur de vie résidentielle qui insiste sur la nécessité de proposer aux jeunes des activités culturelles, sportives et ludiques : « l’internat est quelquefois un cap difficile à passer pour certains jeunes ; il faut de l’écoute et de la présence. » Tous prennent rapidement conscience de l’importance du « travailler ensemble » pour accompagner au mieux leurs publics. « Quand un climat de confiance s’instaure, certains sujets sont souvent plus faciles à aborder et les confidences sont plus aisées. »

« L’apprenant est toujours au centre du dispositif »
La journée se conclut par un temps de convergence. Par binôme, à tour de rôle chacun des 2 salariés présente à son vis-à-vis l’action qu’il souhaite mettre en place à l’issue de cette journée. C’est un moment de joyeux brouhaha où chacun s’exprime avec enthousiasme. Le dernier temps d’évaluation donne la parole à chacun des participants, invité à donner son sentiment sur ce qu’il a vécu durant cette journée.

Yvon Lhermelin, directeur de la Fédération départementale des MFR d‘Ille et Vilaine conclut en rappelant :

« Notre approche pédagogique place l’accompagnement personnalisé au coeur de nos pratiques : écoute, conseils, soutien, suivi, adaptation des contenus et des méthodes pédagogiques si besoin. L’apprenant est toujours au centre du dispositif. Cette journée de regroupement départemental a remis en évidence qu’une Maison Familiale est avant tout une équipe, qui crée de l’intelligence collective au service de nos jeunes et adultes en formation. Le forum ouvert a été l’occasion de réactiver ce ferment ».

*Marie-Christine Duréault accompagne plus particulièrement les collectivités et le secteur de l’Economie sociale et solidaire dans la mise en place de modes de gouvernance plus démocratiques, de démarches d’intelligence collective ou de participation. Elle travaille notamment avec la Chambre régionale d’économie sociale de Bretagne (CRESS), l’université de Nantes…

**Céline Poret : après avoir rejoint la SCOP Médiation & Environnement pour une durée de 2 ans, elle est aujourd’hui entrepreneur indépendant au sein de la coopérative d’activités Oxalis. Elle est particulièrement intéressée par les innovations sociétales, comme les monnaies complémentaires par exemple, et est aussi engagée dans le mouvement Colibris, Mouvement pour la Terre et l’Humanisme créé par Pierre Rabhi.

[Article aimablement transmis par Benoit PELICHET, Fédération départementale des MFR 35]

Advertisements

Auteur : christofbernard

Chargé de communication WEB - Union nationale des Maisons familiales rurales - 75009 PARIS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s