Le blog des Maisons familiales rurales

MFR

Mobilité européenne « Post-diplômés » : une année autrement pour Valentine

1 commentaire

valentine2Valentine DOS SANTOS a 18 ans et elle a son bac professionnel de Conduite et Gestion d’une Entreprise Hippique en poche depuis fin juin 2014. Elle a décidé de postuler pour une mobilité post-diplômés dans le cadre du nouveau programme Erasmus+. Elle a donc décidé d’effectuer une mobilité de 8 mois du 4 juillet 2014 au 5 mars 2015 au Portugal dans une écurie d’élevage et de compétition saut d’obstacles.

Valentine, élève de la Maison Familiale Rurale « Les 4 vents », habite dans le Doubs, plus précisément dans une des communes du pays de Montbéliard. Elle vient de partir au Portugal, à la QUINTA VARANDAS – chez SABINO à CARTAXO (nord de Lisbonne), et Joëlle JEANDEL, monitrice à la MFR, a déjà recueilli de nombreux témoignages.

Valentine : « Je m ‘étais préparée à mon départ »

« Avant de faire mon BAC Pro CGEH, j’ai fait un parcours classique au collège avec un redoublement de la classe de troisième. J’ai décidé de me lancer dans des études dans le milieu du cheval par passion, je ne voyais pas ma vie sans les chevaux. Avant ma première mobilité dont j’ai bénéficié au cours de mon année de formation équine en classe de première Bac Pro, je passais mes journées au cheval, mais avec aucun sens des responsabilités ; incapable de gérer seule mon argent, difficile aussi de remplir seule des documents officiels. Mais, je savais tout de même me débrouiller, je trouvais toujours une solution à toute situation. Grâce à ce premier stage d’un mois, j’ai pris le sens des responsabilités et je suis plus mature. Très vite j’ai su que je souhaitais m’inscrire dans le nouveau dispositif européen et j’ai posé ma candidature auprès de la coordinatrice des projets européens de la MFR, Joëlle Jeandel. La condition requise étant de réussir son Bac j’ai ai mis tous les moyens pour réussir. Je suis partie dès l’obtention des résultats de mon examen de fin de cycle.

Je m’étais préparée à ce départ. J’ai pris de l’assurance et j’ai même été sans l’aide de personne m’ouvrir un compte en banque au Portugal. Mes maîtres de stage, Joan et Luis Sabino, cavalier international, ont également tout mis en œuvre pour m’accueillir dans les meilleures conditions. Avec la bourse Erasmus+ (4183 euros pour toute la durée). Je commence à apprendre à gérer mon argent. Actuellement, je perfectionne mon anglais et je tente d’apprendre le portugais. Je tiens un journal de bord que je remettrais à mon retour à l’école afin de valoriser mon parcours. Je suis en relation par internet avec la coordinatrice. Je sais que malgré la distance je ne suis pas seule. Ma maman m’a également beaucoup soutenue dans mon désir d’aller vivre et travailler dans un pays d’Europe. »

Extrait du journal de Valentine : mes premières impressions de mon stage au Portugal à la Quinta Das Varandas à Cartaxo

« Le temps passe vraiment très vite, je ne réalise pas que dans quelques jours cela fera deux mois que je suis là. Je me plais vraiment, il y a eu quelques difficultés à me faire intégrer dans l’équipe des cavaliers, mais ces difficultés ont disparu et maintenant tout se déroule correctement. J’ai l’impression d’être arrivée il y a seulement une semaine, le temps passe vraiment très vite… Un petit coup de blues hier soir, en voyant que la rentrée de la MFR était passée. Pour rien au monde je ne voudrais actuellement revenir mais cela m’a fait bizarre de me dire que cette année, pas d’école pour moi… Enfin, je ne compte pas vraiment revenir, on verra comment se déroule le reste du séjour, mais dans l’état actuel des choses j’espère rester chez les SABINO. Pour la communication, pas de grosses difficultés, on arrive toujours à se comprendre plus ou moins. Chacun fait des efforts de son côté, j’ai appris quelques mots de Portugais. Je me débrouille. Je suis heureuse ! »

Paroles de maman

« Beaucoup d’émotions à la lecture du journal de bord de Valentine… Valentine a eu 19 ans hier… Elle me manque. Mais comme je le sens, comme elle le dit, comme elle l’écrit, comme les photos nous le montrent, elle est bien, heureuse et cela n’a pas de prix. Je suis très fière d’elle. Je suis une maman comblée.

Revenue enchantée de son stage Leonardo, tout au long de son année de Terminale, elle n’a cessé d’y penser et quand Mme Jeandel lui a parlé du programme Érasmus+, d’emblée elle y a adhéré, avec mon aval. Tout s’est donc organisé pour un départ en septembre. Joan Sabino ayant contacté Valentine, la date de départ a été avancée en juillet car la structure avait besoin de Valentine plus rapidement, cela laissait peu de temps aux préparatifs et aux adieux. Mais Valentine était très motivée. Entre le bac et le départ, Valentine a découvert une certaine liberté (plus de révisions, l’usage de la voiture, peu de contraintes horaires) : elle sortait avec des ami-e-s, allait à la structure équestre de son lieu de stage examen… Aussi le jour du départ, Valentine se rendait bien compte de ce qu’elle laissait en France : des ami(e)s sincères, une jument qu’elle adorait, deux mois de vacances où elle aurait pu avoir une certaine liberté de mouvements, et du repos.

À l’aéroport, ce n’était pas trop joyeux. Bien que connaissant la structure, la famille et les employés, elle partait vers l’inconnu, d’une certaine façon. Elle ne parlait pas encore le Portugais, il lui fallait une nouvelle ligne téléphonique. Elle était triste et j’avais mal pour elle. Cependant, elle restait motivée et j’avais une totale confiance en elle. Sa grand mère l’accompagnait pour le voyage et restait quelques jours avec elle, le temps de l’installation, ce qui m’aidait aussi à être sereine.

L’accueil là bas a été fantastique et cela a beaucoup touché Valentine, ce qui l’a tout de suite fait « oublier » la France. La présence de deux stagiaires de la MFR les premiers jours, en stage Leonardo, lui a permis de ne pas couper net. Valentine étant plus réservée que lors des précédents séjours (rester un mois, ou huit mois ne crée pas le même état d’esprit), la famille Sabino restait très attentive aux ressentis de ma fille. Avec les départs et arrivées des stagiaires, Valentine, s’est vue complétement acceptée dans l’équipe du personnel : les repas sont pris ensemble, elle échange plus avec eux. Reste encore la barrière de la langue, mais elle se débrouille… Valentine a pris un rythme de croisière. Elle pense à ses ami(e)s, sa famille, à sa jument en France, mais se plaît et s’épanouit là-bas.

Donc, oui, elle nous manque mais nous la sentons, l’entendons être tellement bien lors des appels téléphoniques, que nous sommes tous, extrêmement heureux de ce choix et de ses opportunités offertes aux jeunes. »

Paroles de Maître de stage, confiées par téléphone au tuteur de la Maison familiale rurale

« Nous sommes ravis de Valentine, elle est très appliquée »

valentine1Valentine entourée de ses maîtres de stage portugais qui fêtait ses 19 ans le 18 septembre dernier

[Informations aimablement transmises par Joëlle JEANDEL, MFR de Ramonchamp]

Publicités

Auteur : christofbernard

Chargé de communication WEB - Union nationale des Maisons familiales rurales - 75009 PARIS

Une réflexion sur “Mobilité européenne « Post-diplômés » : une année autrement pour Valentine

  1. Pingback: Rentrée à la MFR de Ramonchamp : la mobilité toujours au programme ! | Le blog des Maisons familiales rurales

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s