Le blog des Maisons familiales rurales

MFR

Les MFR partenaires du colloque sur l’insertion sociale et professionnelle à l’Assemblée nationale

Poster un commentaire

Le jeudi 9 avril 2015, plus d’une centaine de personnes ont assisté au colloque « Insertion sociale et professionnelle des jeunes en formations alternées » à l’Assemblée nationale. Cet évènement était organisé par le député François Rochebloine, président du Groupe d’études parlementaire « formations alternées en milieu rural », en partenariat avec les Maisons familiales rurales et l’UNREP.

IMG_0126François Rochebloine ouvre la séance

bizardDe gauche à droite, François Rochebloine, Xavier Michelin (président de l’UMFREO), Hervé Bizard (directeur de l’UNREP)

Parmi les intervenants invités à témoigner à l’occasion de ce colloque, l’économiste Michel Godet s’est dit toujours « très attaché » au modèle éducatif et pédagogique proposé par les MFR, un modèle qui laisse selon lui une grande place au savoir-être, si prisé par les entreprises, le savoir-faire s’apprenant « sur le tas ». Michel Godet a également insisté sur les dégâts provoqués par la course aux diplômes, soulignant que dans les pays à faible taux de chômage, un jeune sur deux est en apprentissage (un jeune sur dix en France).

« Nous développons le goût d’entreprendre »

CCItrZ5WYAEPEfh.jpg-largeLa MFR-CFA La Bonnauderie de Cholet était représentée par sa directrice, Sophie Gaborieau (également administratrice de l’UNMFREO), et Aurélien Méchinaud, apprenti en Bac Pro boulangerie-pâtisserie. Sophie Gaborieau a présenté l’accompagnement personnalisé, et de proximité, des Maisons familiales rurales en direction de l’ensemble des partenaires de la formation : visites aux familles, formation des tuteurs en entreprises… « Nous rendons un vrai service de proximité » assure la directrice. Revenant sur l’esprit d’entreprise développé par l’alternance, elle ajoute : « le jeune est au coeur du sujet, la cellule familiale également (…) ensuite nous développons le goût d’entreprendre ». Aurélien (à gauche sur la photo ci-contre) a pu également témoigner de cet accompagnement, tout en insistant sur l’engagement demandé par la formation en alternance, tant dans sa famille qu’en entreprise ou à la MFR : « je dois être à fond partout ». Ce n’est pas tous les jours que des jeunes témoignent à l’Assemblée nationale, bravo Aurélien !

« Les MFR m’ont mis le pied à l’étrier de la vie »

benoitParmi les autres intervenants, il en est un dont le témoignage portait une signification particulière : Thierry Benoit, député d’Ille-et-Vilaine et lui-même ancien élève de MFR, est revenu sur la singularité de sa formation en Maison familiale : « les MFR m’ont mis le pied à l’étrier de la vie » déclare-t-il avec une émotion à peine dissimulée. Thierry Benoit affirme que cette formation lui a redonné confiance, et l’envie d’apprendre, tout en lui permettant d’intégrer une école « à taille humaine ».

« Vous avez le projet éducatif, le savoir-faire pour préparer les enfants à demain »

coletteColette Langlade, députée de Dordogne, avait fait le déplacement en compagnie de la directrice de la MFR de Thiviers, Armelle Piron. Mme la députée, qui a déjà très souvent milité dans le passé pour les MFR, conclut son intervention par ces mots : « en MFR, vous avez le projet éducatif, le savoir-faire pour préparer les enfants à demain ».

Marc Jarousseau, conseiller au Tour de France chez les Compagnons du devoir, a insisté à son tour sur les bénéfices de la formation par alternance, soulignant notamment l’importance de la démarche d’acquisition de l’autonomie.

Gérard Napias, directeur de la Fédération Nationale des Entrepreneurs des Territoires, a assuré qu’embaucher un alternant formé dans son entreprise était « idéal », mais il a regretté les difficultés administratives et les vrais « risques » auxquels s’exposent aujourd’hui les patrons à prendre un stagiaire ou un apprenti selon lui. Revenant sur l’importance du savoir-être des jeunes pour les maîtres de stage ou d’apprentissage, Gérard Napias a tenu à préciser que « le sérieux des MFR, de leurs conseils d’administration, remet d’aplomb les jeunes, et c’est important ».

IMG_0152La matinée s’est achevée par l’analyse de l’insertion professionnelle dans les MFR par Patrick Guès, de l’Union nationale des MFR. Après avoir insisté sur le fait que les statistiques devaient toujours être considérées avec prudence, il a présenté le fait que l’enseignement agricole faisait mieux que les lycées professionnels classiques en terme d’insertion professionnelle, 7 mois après l’obtention du diplôme. De plus, les MFR obtiennent des résultats supérieurs aux lycées classiques et à l’enseignement agricole dans son ensemble. Patrick Guès note également que globalement, c’est l’apprentissage qui reste le plus performant en terme d’insertion professionnelle.

« Les MFR sont des laboratoires, des espaces formidables où on innove »

IMG_3309S (2)Xavier Michelin, Président de l’Union nationale des Maisons familiales rurales, et François Rochebloine, député de la Loire, ont conclu les débats, en remerciant l’ensemble des participants, et notamment les autres députés présents dans la salle, parmi lesquels Eric Alauzet (député du Doubs), Daniel Fasquelle (député du Pas-de-Calais), et Yannick Moreau (député de Vendée).

Le président Xavier Michelin (à droite sur la photo ci-contre) a rappelé le coût que représentaient pour la nation les Maisons familiales rurales : « c’est un, deux et trois, un pour les MFR, deux pour l’enseignement privé catholique, trois pour le public (…) bien sûr c’est autre chose, une autre pédagogie, ils ont des fermes dans les établissements, mais nous ce que souhaitons c’est la reconnaissance de ce que l’on fait et de notre place au sein de l’enseignement agricole, et on sait que l’on peut compter sur les représentants de la nation et en particulier les députés pour nous défendre comme sur les combats autour de la loi de 84 ». Xavier Michelin a ensuite évoqué le coût pour les familles : « c’est vrai que l’alternance représente un coût pour les familles, c’est une difficulté ».

Xavier Michelin a remercié les directeurs et présidents de fédération des MFR pour leur « forte mobilisation », et revenant sur l’implication au quotidien des administrateurs, il en a profité pour rappeler qu’il souhaitait que la place de l’engagement associatif soit davantage reconnue, et même valorisée par la loi « au même titre que celui des pompiers bénévoles pour lesquels on libère du temps ».

Le président Michelin a ensuite rappelé que, depuis 70 ans sur les territoires, les Maisons familiales rurales étaient « des laboratoires, des espaces formidables où on innove », demandant que leur « liberté d’action ou d’innovation » soit respectée. « Nous aurons encore besoin de votre soutien » a-t-il lancé aux députés présents.

Ressources en lien avec le colloque du 9 avril 2015 :

Advertisements

Auteur : christofbernard

Chargé de communication WEB - Union nationale des Maisons familiales rurales - 75009 PARIS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s