Le blog des Maisons familiales rurales

MFR


Poster un commentaire

Passage de témoin à la direction de l’Union nationale des Maisons familiales rurales

Serge Cheval ayant fait valoir ses droits à la retraite, c’est Roland Grimault qui lui succédera dans le courant de l’été à la direction de l’Union nationale des Maisons familiales rurales d’Education et d’Orientation (UNMFREO).

RolandGRoland GRIMAULT est actuellement responsable du pôle développement de l’Union Nationale des Maisons Familiales Rurales d’Education et d’Orientation (UNMFREO), il prendra la direction nationale en août 2017.

Ancien élève de Maison Familiale Rurale, il a poursuivi ses études en alternant expériences professionnelles et promotion sociale pour devenir ingénieur agricole et en développement rural.

Directeur régional des Maisons Familiales Rurales en Auvergne, puis en Basse-Normandie, il a été aussi dans ces différentes régions président de l’Union Régionale des Associations Familiales, puis président du Carrefour Rural Européen des Acteurs Normands.

IMG_0269

Premier Directeur de l’Union nationale à avoir été élève de MFR, Serge Cheval revient sur son parcours professionnel à travers un entretien partagé ci-dessous.

Un parcours marqué selon ses propres termes par ces trois mots clés :

“Confiance, rencontres, ouvertures ».

 

UNMFREO : Vous avez rencontré les MFR à partir de 1972, vous y étiez élève…

SC : D’origine agricole, issu d’une toute petite exploitation nord-périgourdine et numéro deux des fils, je devais quitter cette exploitation pour un ailleurs susceptible de m’ouvrir à d’autres horizons. Je fus orienté malgré tout vers des études agricoles, en internat, avec une forte mobilité géographique au travers des lieux de stage et des établissements successifs (MFR Thiviers 24, IREO Vayres 33, CPS Marthon 16, CFTA Beauséjour 33). La motivation première de mes parents fut la découverte d’un lieu de formation offrant l’opportunité de voyager à l’occasion d’un compte rendu de voyage publié dans la presse.

Après cette formation technique agricole vécue sous l’angle de la diversification (élevage, viticulture, maraîchage plein champs) et sous l’angle de la coopération en agriculture, je découvre très vite le métier de moniteur en Maison Familiale Rurale et les valeurs d’une formation directement liée au monde professionnel.

UNMFREO : C’est en 1978 que vous devenez Moniteur en MFR, puis directeur d’une première MFR en 1981…

SC : Je deviens donc moniteur à la Maison Familiale Rurale de La Filolie en nord Dordogne. Outre cette fonction je m’attache au développement local au travers des jeunes, de leur famille. Mon rapport pédagogique portera sur ce thème de l’alternance et du développement du milieu. Et, également au travers d’une spécialisation locale, le foie gras, je deviens co-président de ce  marché.

Après trois ans, le poste de directeur m’est proposé dans cette MFR où j’ai été élève puis moniteur. Mais, très vite, je ressens le besoin d’assurer cette fonction dans un contexte nouveau avec des possibilités de mise en place de formation et de développement.

UNMFREO : En 1982, vous prenez la direction d’une nouvelle MFR…

SC : En Indre et Loire à la direction d’une nouvelle MFR, celle de La Roche-Ploquin à Sepmes, je maintiens les liens directs avec le tissu professionnel local. En milieu hippique avec la mise en place d’une formation CAP Palefrenier (Formation qui a ouvert la voie à une spécialisation de la MFR encore aujourd’hui en 2017). En milieu caprin avec la mise en place d’une formation spécialisée. Je rencontre pour la première fois le responsable projet-développement de l’Union Nationale des MFR, Jean Claude Daigney. Je ne sais pas que je lui succèderai vingt-cinq ans plus tard.

Mon rôle de moniteur que j’ai conservé me permet de percevoir directement les attentes des jeunes et de leur famille.

Pour les besoins d’équilibre économique de la MFR et en relation avec la qualité du site, un château, j’assume également la direction de la Maison Familiale de Vacances.

UNMFREO : Puis vous avez repris des étude de commerce, en 1984…

SC : Je quitte mes fonctions et la région pour reprendre des études dans le commerce agro-alimentaire. A l’issue, je prends la responsabilité des achats de matières premières et le rôle de conseiller technique cultures dans une industrie agro-alimentaire du Tarn et Garonne (82).

Tout en restant en contact avec le Centre de Gironde sur Dropt (Tuteur d’étude et jury parcours de formation BTS au CFTA de Beauséjour) je développe mon poste en interface entre les producteurs et l’entreprise.

Mes activités m’amènent à m’associer aux stratégies de positionnement de la gamme des produits de l’entreprise, puis à prendre en charge, en sus de mes fonctions précédentes, les achats des étiquettes produits de la Conserveries. Je découvre et participe à la nouvelle politique marketing de la Conserverie.

Cette évolution trouve sa source dans mon parcours double de technicien et d’animateur de formation. Cela me fait ressentir de façon plus importante la nécessité pour les jeunes de vivre une formation très liée au monde professionnel, riche d’expériences et placée dans la dynamique de recherche d’apprentissage toujours renouvelée.

UNMFREO : C’est en 1992 que vous reprenez la direction d’une MFR, puis d’un CFP en 1995…

SC : L’Union Nationale des MFR prend régulièrement contact pour me proposer des postes dans l’Institution. En 1992, je réponds à une offre en Rhône Alpes. Au cours de la première année de direction, je resterai consultant pour le compte de l’entreprise agro-alimentaire pour faciliter les transferts de compétence. Dans cette nouvelle MFR, je développe une double orientation pour favoriser la formation et l’insertion des jeunes. L’ouverture sur l’extérieur, sur le monde d’une part avec les actions engageant les jeunes et des voyages d’études à l’étranger. Et une formation directement liée avec le tissu socio-économique notamment avec la mise en place d’une formation-action pour les agents de développement et diverses structures (Office de Tourisme, Chambre d’agriculture District, Comité départemental du Tourisme) du Nord Isère dans le secteur du Tourisme vert.

Au cours de ces trois années je m’associe aux activités de la Fédération départementale des MFR avec notamment la responsabilité de la politique de communication.

En 1995, la direction du réseau régional des MFR de Rhône Alpes me propose la direction d’un Centre de formation et de promotion essentiellement consacré aux formations supérieures. Je découvre un niveau de management plus important avec plus de soixante salariés et un panel d’intervenants autour des formations touchant à l’économie sociale, à l’agriculture, à la biotechnologie et à la maintenance industrielle. Je trouve là le niveau de formation des futurs cadres et techniciens dont le monde de l’entreprise a besoin. Ce Centre fait également preuve de créativité et de réactivité face aux sollicitations des professionnels associés.

En lien avec l’APEC nous développons des formations pour un repositionnement des cadres en recherche d’emploi sur Grenoble et Lyon.

Dans le cadre d’une politique départementale je positionne le Centre comme lieu de ressources pour le réseau des MFR. Avec mon équipe nous imprimons les premiers éléments d’une démarche qualité AFNOR.

A partir d’un essaimage du Centre, je contribue à la création d’une nouvelle Maison Familiale spécialisée dans la maintenance au plus proche de notre réseau d’entreprises industrielles proche de Grenoble.

UNMFREO : En 1996, vous êtes sollicité une première fois par l’Union nationale…

SC : L’Union Nationale organise le premier grand rassemblement des équipes MFR (2700 personnes) au cours de l’été. Connaissant mon sens de l’organisation, l’Union m’associe à l’équipe en charge de ce dossier.

UNMFREO : Vous devenez Directeur de la Fédération Régionale Midi-Pyrénées en 1998…

SC : L’Union Nationale me propose la direction de la Fédération régionale de Midi-Pyrénées, des terres que nous avions, en famille, tout particulièrement appréciées lors de mon passage en agro-alimentaire.

Dès la première année, et en raison du tuilage de quelques mois prévu à la direction, la Fédération régionale se voit confier l’organisation du Congrès national des MFR (2000 participants) à Toulouse. Une occasion pour moi de bâtir une stratégie régionale basée sur le management stratégique et la dynamique de projet. Dans cette région je m’attache au développement des MFR pour apporter une réponse toujours plus pertinente et plus ample aux jeunes, à leurs familles et aux professionnels associés.

Cette stratégie va de pair avec le développement d’une image forte du réseau MFR de Midi-Pyrénées, entre convivialité et rugby pour l’âme de Midi-Pyrénées et dynamique de développement pour le réseau des MFR.

Toujours soucieux de l’ouverture à l’autre, au monde, j’engage la région MFR Midi-Pyrénées à tisser des liens avec nos collègues MFR de Guadeloupe. La FRMFR envisage également un soutien au réseau des MFR d’Argentine. Des liens et des déplacements se mettent en place. A ce jour, des jeunes continuent de construire des voyages annuels en Argentine.

UNMFREO : L’Union vous approche en 2006 pour le CNP…

SC : Après un bilan sollicité auprès de la direction de l’Union, il m’est proposé d’envisager la direction du Centre National Pédagogique dans une approche progressive vers un poste à l’Union Nationale. Je constitue un dossier d’orientation stratégique pour étayer ma réponse. Le contenu sera jugé trop décalé vis-à-vis des attentes du conseil d’administration en termes d’organisation interne.

UNMFREO : C’est en 2007 que vous devenez responsable du pôle développement à l’Union Nationale…

SC : La direction de l’Union Nationale me propose d’intégrer l’équipe de l’Union au poste de responsable du Service Développement. L’objectif assigné par la direction vise à la totale réorganisation du Service pour lui redonner un sens collectif et une orientation stratégique globale définie.

Depuis 2005 le mouvement dispose d’un nouveau projet. Sa mise en œuvre progressive au sein du réseau sera ma principale préoccupation au sein d’un nouveau Département Projet avec une équipe renouvelée.

Ce poste et cette responsabilité me placent en étroite relation avec le directeur national. De nombreux dossiers sont élaborés conjointement et j’assiste aux réunions stratégiques tant internes qu’externes.

Sur le plan des relations avec le réseau des MFR, je prends en charge le suivi des MFR DOM-TOM dans leur intégralité.

A l’international si en 2006 j’ai eu l’occasion d’assister au Brésil au Congrès de l’AIMFR en simple participant à la suite d’une mission en Argentine, en 2010 je suis élu comme membre qualifié au conseil d’administration de l’AIMFR lors du Congrès de Lima au Pérou. J’assume depuis la fonction de trésorier.

UNMFREO : Puis, en 2011, vous êtes nommé Directeur de l’Union nationale…

Le conseil d’administration de l’UNMFREO valide la proposition du Président National de me confier la direction de l’Union Nationale des MFR à la suite du départ en retraite du directeur Jean Claude Daigney en place depuis plus de vingt ans. J’accepte cette mission avec le sentiment qu’il s’agit davantage d’un engagement militant au service du mouvement plus que d’un nouveau poste de responsable.

Avec cette responsabilité nationale s’associe la direction de l’ANFRA. Je retrouve là le terrain de ma proposition de réorganisation du CNP formulée 5 ans auparavant.

Lors de l’assemblée générale qui suit, en 2012, sera lancée l’ambition d’un nouveau projet à l’horizon 2015 avec un double enjeu, celui d’un projet pour une nouvelle décennie et une réflexion pour un « label alternance ». Une nouvelle présidence de l’union Nationale se met également en place. Je retrouve à cette responsabilité l’ancien président de la Fédération régionale de Midi-Pyrénées que j’ai apprécié.

Avec la perspective du nouveau projet, je réorganise les différents services de l’union Nationale autour de deux grands pôles, le développement des MFR (MFR France et MFR Monde) et des Services réorientés.

Dans l’objectif de bâtir un plan stratégique devant permettre d’investiguer tous les paramètres centraux du mouvement je propose au conseil d’administration une série d’actions pluriannuelles sur quatre axes essentiels : l’ancrage dans les territoires, la vie associative, l’alternance et l’éducation.

L’approche territoires conduira l’Union à adhérer à une association européenne sur ce sujet. Le réseau s’impliquera également au sein du Réseau Rural Français au travers du Groupe Monde Rural. Les Maisons Familiales inscriront leur démarche également dans le programme d’investissements d’avenir du Grand Emprunt. Démarche qui donnera naissance à la première Université Itinérante des Territoires Ruraux organisée par l’UNMFREO en collaboration avec Sol et Civilisation et l’IFOCAP.

L’approche vie associative a été l’occasion d’un premier congrès fondateur en novembre 2013 suivi de nombreux Forums inter-associatifs sur la vision partagée du nouveau projet. Fondateur car il sera précurseur d’une nouvelle approche de la notion de collectif inter-associatif. Une réflexion qui a accompagné également la réorganisation territoriale de la France et donc celle des structures fédératives des MFR. De nouvelles Fédérations territoriales MFR sont en train de naître.

L’alternance aura été au cœur de très nombreuses évolutions successives des parcours de formations. Les réflexions menées et en cours pour une alternance « singulière » MFR ont permis de lancer un important programme d’intégration du numérique dans ses démarches. L’Etude sur l’alternance en MFR commanditée par le ministère de l’agriculture apporte le crédit nécessaire à la reconnaissance en 2017 d’une longue pratique toujours originale. Un colloque organisé à ‘Assemblée Nationale par le Groupe d’Etude sur les formations alternées en milieu rural renforce encore l’image de l’alternance des MFR. La formation des hommes et des femmes au service du projet et également au centre des préoccupations et des évolutions envisagées notamment par un nouveau « pacte social » au sein des MFR.

L’éducation prend une nouvelle dimension dans cette perspective de projet 2015-2025. Un axe fort se met en place avec de nombreuses déclinaisons : l’Education aux Mondes et aux Autres. La mobilité est recherchée pour le plus grand nombre de jeunes. Des propositions pour une « année autrement » consacrée à cette mobilité s’élaborent et prennent corps. Un colloque organisé à l’UNESCO sur la citoyenneté mondiale renforce l’ambition éducative du mouvement. La participation aux travaux de la Conférence des Mouvements à l’UNAF permet d’apporter la vision des MFR dans le champ de l’éducation et du rôle central des familles impliquées dans leurs associations.

Progressivement cette stratégie permet d’établir les bases d’un nouveau projet organisé lui-même sur quatre axes : le nouveau projet partagé, une charte d’engagements éthiques, un processus d’autodiagnostic et d’amélioration des pratiques et un outillage renouvelé pour la gouvernance associative. A cela s’ajoute la rédaction de plusieurs textes de référence reflétant le positionnement sociétal du mouvement en tant qu’acteur engagé dans la société civile.

UNMFREO : 2015-2017, un nouveau Projet et un Anniversaire…

Le nouveau projet est présenté lors du Congrès de Nantes en 2015, en présence de l’AIMFR et de l’UNESCO, attestant la dimension supranationale du mouvement familial des MFR. Un mouvement engagé volontairement dans une éducation à la citoyenneté européenne et mondiale.

19301201899_7fbc13e4e8_k

Serge Cheval présente le nouveau projet des MFR en 2015 lors du Congrès de Nantes (photo ci-dessus)

Le mouvement vient de fêter ses 80 ans à La Rochelle ou ses « 4 fois 20 ans » pour attester de sa permanence d’action au service de la jeunesse et des territoires.

A l’occasion de ce 80ème l’Union a publié un ouvrage sur une vision partagée de l’action des MFR. Un ouvrage qui recueille la contribution d’une trentaine d’auteurs professionnels, politiques, sociologues, pédagogues, responsables associatifs. Ils portent un regard d’actualité et prospectifs dans leur champ respectif et font le lien avec le positionnement singulier des MFR. Un ouvrage qui invite à faire davantage, à « inventer l’impossible » pour « qu’ensemble nous faisions de nos rêves une réalité pour la jeunesse et les territoires ».

DR_S_CHEVAL_PDT_X_MICHELIN_UNMFREOAG_IMG_2875

Moments de complicité, et d’amitié, entre un Président et son Directeur, après l’hommage rendu à Serge CHEVAL par Xavier MICHELIN, Président de LUNMFREO (à droite sur la photo ci-dessus) lors du Congrès des MFR à la Rochelle le 7 juillet 2017.

A l’occasion de ce Congrès, Serge CHEVAL a également été élevé au rang de Chevalier de l’ordre national du mérite agricole par le DGER, Philippe VINCON, au nom du ministre de l’Agriculture.

UNMFREO : Quelques mots pour résumer votre parcours ?

Nous sommes des passeurs. D’autres suivent.

J’ai été le premier élève de MFR à devenir directeur du mouvement.

Je passe le relais.

Je reste un militant de la dimension rurale, européenne et internationale.


2 Commentaires

Les MFR fêtent leurs 80 ans à La Rochelle les 7 et 8 juillet 2017

Le mouvement des Maisons familiales rurales (MFR) fêtera ses 80 ans les 7 et 8 juillet prochains à l’espace Encan à La Rochelle. 2 500 participants, des représentants de 20 pays, de nombreux responsables professionnels, associatifs, élus sont attendus à cette manifestation. Cet anniversaire sera l’occasion de revisiter ce qui fait la réussite des MFR. Lire la suite


Poster un commentaire

Découverte du théâtre professionnel par les jeunes des MFR de Maine-et-Loire

Invités par Veolia « eau », cent jeunes des MFR de Maine et Loire et leurs accompagnateurs, ont participé le 13 juin à une journée particulière lors de la 68ème édition du Festival d’Anjou, au château du Plessis Macé. Les responsables de Veolia souhaitaient donner la possibilité à des jeunes en formation professionnelle de découvrir un autre volet de la culture : le théâtre professionnel.

Lire la suite