Le blog des Maisons familiales rurales

MFR


1 commentaire

Philippe Meirieu auditionné par le « Collectif des présidents pour l’amélioration de la formation professionnelle »

Meirieu_mfrPoursuivant son cycle d’auditions, le COLLECTIF DES PRÉSIDENTS pour l’amélioration de la formation professionnelle, présidé par Yves ATTOU, a auditionné lundi dernier Philippe MEIRIEU dans les locaux de l’UNMFREO (dont le président, Xavier MICHELIN, est lui-même inscrit dans ce collectif).

En véritable « fil rouge » de ses réflexions, le Collectif des présidents a pour objectif de « redonner du sens » à la formation professionnelle et ambitionne de faire entendre la voix de la société civile sur ce thème.

C’est donc dans ce contexte que Philippe MEIRIEU, chercheur en Sciences de l’éducation et vice-Président de la région Rhône-Alpes chargé de la formation tout au long de la vie, est venu apporter son éclairage sur les enjeux de la formation professionnelle aujourd’hui.

Celui-ci est tout d’abord revenu sur les choix historiques qui tracent aujourd’hui encore les contours de l’école et font selon lui du système scolaire une « structure nationale invariante et invariable à laquelle tout est mêlé ». Ainsi, « l’éducation est souvent confondue avec l’école (…) et la formation continue ne représente que très peu de choses dans la nouvelle loi sur la refondation de l’école » regrette Philippe MEIRIEU. D’autre part, il remarque que la « forme scolaire est prédominante partout »

P. MEIRIEU a ensuite rappelé la nécessité pour la formation professionnelle de conjuguer une triple finalité entre trajectoire personnelle (nécessitant mise en confiance, approfondissement, accompagnement), trajectoire professionnelle (mettant en jeu l’employabilité) et trajectoire culturelle (tentant ainsi de répondre au retard pris dans ce domaine par une grande partie de la population selon lui).

Il a par ailleurs souhaité interroger deux termes très utilisés en formation, individualisation et compétence, non pour les dénoncer mais plutôt pour mettre en lumière certaines dérives possibles. Le premier de ces termes met en jeu selon P. MEIRIEU un système de « détection-dérivation » qui peut amener en effet à de l’exclusion dans le cadre de la mise en place d’indicateurs mesurant les taux de réussite par exemple… « Pas de formation sans structuration et accompagnement extrêmement ferme du collectif » affirme-t-il. Le terme « compétence » comporte quant à lui le risque selon P. MEIRIEU de l’atomisation et du découpage de la formation. « On peut finir par découper tellement que l’objectif-évaluation écrase la situation d’apprentissage » insiste-t-il.  P. MEIRIEU ajoute que « le temps d’apprendre n’est plus pensé dans sa spécificité avec ses silences, ses hésitations, son humaine condition (…) la notion d’alternance n’est plus réellement interrogée dans sa complexité (…) la notion d’oeuvre et de chef d’oeuvre disparait ».

Revenant également sur le système de la formation pour adultes en France, Philippe MEIRIEU a affirmé la nécessité de le simplifier, dénonçant un certain manque de fluidité dans les relations verticales et horizontales entre les différents acteurs de la formation. Il a enfin regretté le « mauvais signal » donné par l’absence actuelle de ministre pour la formation professionnelle, après le récent départ de Thierry REPENTIN…


1 commentaire

S’outiller pour l’éducation au monde et aux autres en MFR

P1030504Les MFR sont partenaires d’un projet européen intitulé « Parlez-vous global ? », regroupant des ONG autrichiennes, italiennes et roumaines et en lien avec des écoles du Bénin, du Burkina Faso et du Sénégal. Il s’agit de développer les actions d’éducation au monde et aux autres auprès des jeunes en formation en MFR afin de répondre à l’ambition éducative du mouvement : former les citoyens de demain !

Pour lancer ce projet, 12 moniteurs et monitrices, directeurs et directrices de MFR et responsables de fédération ont participé du 14 au 16 mai à une première session de formation au Centre national pédagogique des MFR à Chaingy. Ils ont mutualisé leurs pratiques et commencé à produire des outils permettant l’intégration de cette approche éducative dans les plans de formation par alternance.

Une journaliste d’Alternatives Economiques est aussi intervenue afin d’aborder les limites du modèle de développement occidental, particulièrement illustrées par la problématiques de l’agriculture et de l’alimentation.

 8 MFR pilotes de 8 fédérations départementales (Drôme-Ardèche, Finistère, Ille et Vilaine, Isère, Maine et Loire, Marne-Ardennes-Aube, Vendée, Vosges) sont impliquées au démarrage, avec l’objectif d’arriver à au moins 50 MFR sur tout le territoire.

Pour faciliter le travail des équipes MFR, un espace pédagogique est disponible à partir de juin 2013, en ligne dans l’intranet MFR. Régulièrement alimenté, il comprend des ressources documentaires présélectionnées (textes, outils pédagogiques, références web, fiches d’expérience…) utiles pour préparer les séances de formation ou alimenter des réflexions en équipe ou avec les administrateurs. Y figureront également les dates d’événements locaux, nationaux ou internationaux. Pour contribuer à la vie de cet espace, il est possible de faire remonter des idées, des besoins, ainsi que des annonces ou des expériences et ressources pédagogiques à pascal.cluseau@mfr.asso.fr .

logos

[Un article aimablement transmis par Benjamin DURIEZ, de l’UNMFREO]


Poster un commentaire

Une activité artistique lumineuse à la MFR de Mauléon : le « Light painting »

painting9C’est une activité peu commune qui vient d’être proposée aux jeunes par Denis BRUNEAU, animateur à la Maison Familiale Rurale de Mauléon : le light painting*. « Les jeunes on vraiment apprécié, et c’est très simple et rapide dans la mise en place ! » assure-t-il. Toujours est-il que les réalisations font leur effet. Encore un exemple de la diversité des approches artistiques et culturelles mises en place par les MFR tout au long de l’année…

*Le light painting (littéralement « peinture de lumière » en français) est une technique de prise de vue qui consiste à utiliser un temps d’exposition long dans un environnement sombre et en y déplaçant une source de lumière ou en bougeant l’appareil photo. La photo obtenue révèle alors toutes les traces lumineuses dues soit à l’exposition directe du capteur à la source lumineuse, soit aux objets éclairés.

painting8

painting3