Le blog des Maisons familiales rurales

MFR


Poster un commentaire

Un exemple de cursus européen à la MFR de Fonteveille

Marie Beauclair est une élève en terminale Bac Pro Conduite d’une Entreprise Hippique qui a effectué son cursus complet à la MFR de Fonteveille . Elle a participé en mars 2014 à un stage professionnel de deux semaines à Mijas Costa dans le cadre du programme Leonardo da Vinci. Elle était en stage chez Manuel Alconchel Munoz, champion de doma vaquera (dressage traditionnel des chevaux) en Espagne, et a participé à la visite culturelle et professionnelle de la Real Maestranza de Caballeria de Ronda, école royale de dressage dont l’histoire et la réputation n’est plus à faire en Espagne.

Séduite par les formations proposées, les installations, et la qualité du personnel enseignant, elle a décidé d’intégrer cette école. Ayant séjourné un mois en Espagne pour améliorer ses capacités linguistiques, elle a passé avec succès les tests de sélection en septembre, et a pu intégrer la formation « Curso Jinete Profesor », destinée à former des professionnels complets : cavalier et professeur d’équitation). Les deux premières années, validées, donnent le titre de cavalier-enseignant, la troisième année offre la possibilité de passer le « Titulo Superior », correspondant à un diplôme d’entraîneur et d’examinateur.

fonteveille2

Au centre de la photo, au premier rang et avec le sweat rouge, Marie Beauclair

Ce cursus complet, alliant formation théorique, pratique et sorties professionnelles (cf photo ci-dessus de la visite au SICAB Salon International du Cheval Pure Race Espagnol) et reconnu au niveau européen offre divers débouchés : cavalier de concours, enseignant, entraîneur, gérant d’écurie… Les directeurs techniques des formations de la Real Maestranza, Juan et Teresa de Heredia Diaz del Riguero, au-delà de leurs compétences professionnelles, possèdent un large réseau de connaissances, peuvent aider les jeunes sortant de la formation pour les placer dans des écuries renommées. Les élèves sont par ailleurs aidés financièrement afin de pouvoir suivre leur cursus, ils reçoivent chaque année leur bourse d’étude lors de la cérémonie officielle des Becas (cf photos ci-dessous). Nous lui souhaitons de tout cœur la réussite de son projet professionnel, qui au vu de l’engagement et de la motivation dont elle a fait preuve jusqu’alors, ne peut que se réaliser.

fonteveille1          fonteveille3

[Article aimablement transmis par Myriam BENOITON, chargée de mission projets européens, MFR Fonteveille, 86]


Poster un commentaire

La MFR de Fonteveille engagée dans la mobilité européenne

Engagée depuis 7 ans dans la mise en place des mobilités professionnelles européennes, avec 6 projets réalisés, la Maison Familiale Rurale de Fonteveille, centre de formation hippique, a inscrit dans le plan de formation des élèves de Bac professionnel Conduite et Gestion d ‘une entreprise Hippique un stage professionnel en Europe (Espagne).

Au sens plus large, la mobilité européenne à des fins professionnelles fait également partie intégrante du projet d’établissement de la MFR. 61 élèves de Terminale Bac Professionnel devraient donc faire ce stage professionnel au titre de ce projet d’une durée d’un an intitulé « Etude des races et disciplines équestres en Andalousie » déposé pour l’année scolaire 2014/2015.

espagne1Ils seront divisés en 2 groupes (2 semaines de stage européen en mars 2015, 2 semaines en avril 2015), à chaque fois encadrés par 2 formateurs de la MFR. Le lieu de stage est la province de Mijas, près de Malaga, avec une forte tradition équestre, au niveau des races et des disciplines pratiquées, et avec le plus fort taux de peuplement équin de l’Espagne.

Le but est d’étudier les races de chevaux, les disciplines et leurs spécificités, le matériel utilisé, le suivi et l’alimentation, la reproduction. Les structures hippiques sélectionnées ont pour la plupart déjà participé au projet de mobilité de l’an passé, elles sont complémentaires et variées (doma vaquera, dressage classique, saut d’obstacle, spectacle équestre, dressage de Haute Ecole). Les élèves seront 2 par structure.

chevalespagneLe partenaire intermédiaire est Euro 21, basé à Torremolinos, qui assure transferts, transports, hébergement, restauration, organisation des visites culturelles, cours de langue sur place. Les activités des élèves seront professionnelles (participation aux activités et à la vie de la structure, visite de l’Ecole d’Art Equestre de Jerez (photo ci-dessous), de l’Ecole Royale de Dressage de Ronda, des Ecuries Royales de Cordoue), linguistiques (cours de langue sur place et avant le départ), culturelles (visite de Malaga, Ronda, Cordoue, spectacle équestre).

Les jeunes suivent avant le départ une préparation au sein de la MFR (cours de langues, données historiques sur l’Espagne, volet administratif et sécuritaire, cours de danse…) de 40h, incluses dans la formation. Au niveau de la gestion, un comité de pilotage suit le projet, une formatrice de la MFR est chargée de mission, et a effectué une visite préparatoire en septembre 2014. Elle sera chargée de réaliser des comptes rendus devant le comité et le Conseil d’Administration, afin de réajuster et de faire évoluer positivement l’ensemble. C’est le Comité de pilotage et l’équipe pédagogique qui effectueront si besoin la sélection des bénéficiaires.

artequestreAu-delà des compétences et approfondissements professionnels à acquérir, les jeunes auront une réelle expérience de vie, une ouverture sur l’Europe, des compétences linguistiques. L’ensemble sera un plus pour le passage des contrôles en cours de formation (équitation pratique, éducation socioculturelle), du baccalauréat (oral professionnel), pour la poursuite d’études (seconde langue vivante), pour une meilleure employabilité (certificats et europass mobilité – voir photo ci-dessous passeport de langue), pour trouver un stage post-bac plus long dans le but de se former (réseau constitué). Quant à la MFR, elle confortera son réseau de partenaires européens, le but étant dans un premier temps d’envoyer les élèves certes mais aussi de finaliser le partenariat avec l’Ecole Royale de Ronda, de monter un projet de mobilité de professionnels pour les Français et un pour les Espagnols, de réfléchir à un possible transfert d’innovation en ce qui concerne le Brevet Professionnel de la Jeunesse et des Sports, mention Equitation.

photo europassDans le cadre du programme Erasmus+, quelques uns des maîtres de stage espagnols qui travaillent avec la MFR de Fonteveille seront en visite en France (Paris et Châtellerault) du 13 au 18 décembre 2014, ils viennent montrer aux jeunes leurs techniques professionnelles, leur faire découvrir leur discipline (doma vaquera) et leur culture.

Pour illustrer les bénéfices de ce type d’échange, une élève qui a effectué son stage professionnel de 2 semaines en Andalousie au printemps dernier dans le cadre du programme Leonardo da Vinci, vient d’intégrer en septembre l’Ecole Royale de Dressage de Ronda. Il s’agit d’un remarquable exemple d’adaptation et d’intégration, puisqu’elle suit la formation en espagnol… Une nouvelle preuve de l’utilité de la mobilité européenne !

[Article aimablement transmis par Myriam BENOITON, monitrice chargée de mission projets européens à la MFR de Fonteveille]


Poster un commentaire

Le Conseil d’Administration de l’Union nationale des MFR reçu au Comité Economique et Social Européen

Le Conseil d’Administration de l’Union nationale des Maisons familiales rurales s’est tenu les 19 et 20 novembre 2014 dans les locaux du CESE à Bruxelles, à l’invitation de M. Joseph GUIMET, vice-Président de l’UNAF et Président du département Europe. Ce fut l’occasion pour les membres du C.A. de l’UNMFREO de recueillir de nombreuses informations mais également de pouvoir présenter leurs attentes et questionnements directement aux différents intervenants sollicités.

europe2Le Conseil d’Administration de l’Union nationale des Maisons familiales rurales au CESE à Bruxelles

M. Joseph GUIMET connait bien le mouvement des MFR pour avoir été notamment directeur de la Fédération Régionale des MFR d’Auvergne, il siège aujourd’hui au CESE au titre de son mandat à l’UNAF, il a donc guidé la délégation des MFR durant ces deux journées.

guimetJoseph GUIMET (à gauche), un guide averti des institutions européennes

europe5M. Henri MALOSSE, président du CESE (photo ci-contre), était déjà intervenu lors des Rencontres de la Vie Associative organisées par les MFR à Montpellier les 22 et 23 novembre 2013, il a ouvert les débats en revenant sur les 3 défis qu’il s’était lancés pour son mandat à la tête du CESE :

1-réduire le fossé grandissant entre citoyens et les institutions de l’UE,

2-favoriser l’expression de la société civile représentée par les acteurs économiques et sociaux : « des acteurs qui, comme vous, doivent être écoutés » insiste-t-il,

3-renforcer le poids du CESE  auprès des autres institutions : « le CESE s’est efforcé de se faire mieux reconnaitre (…) on fait maintenant des études d’impact qui ont fait par exemple le constat de trop d’obstacles bureaucratiques, comme dans le cas de la garantie jeunesse ».

M. François BRUNAGEL, directeur général du protocole du Parlement européen, est ensuite intervenu pour présenter le fonctionnement des institutions européennes, présentation suivie de la visite du Parlementarium (voir photo ci-dessous).

parlementarium

La première journée s’est terminée par l’intervention d’Eric ANDRIEU, député européen  pour les régions Aquitaine, Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées. En réponse à la question de Dominique RAVON, président de la Fédération Régionale des MFR des Pays de la Loire, qui lui demandait « comment rassurer les jeunes sur la question de l’Europe », Eric ANDRIEU a expliqué qu’en dépit des difficultés actuelles et « même si à son niveau l’affaire paraissait complexe », il lui semblait « important en matière d’éducation et de formation de sensibiliser les jeunes générations au fait européen ». Il a ajouté qu’il fallait donner du temps à l’Europe des 28 : « on rencontre des difficultés à construire le projet (…) la question de la temporalité est importante (…) l’Europe est jeune à l’échelle du monde ».

Europe1Eric ANDRIEU, à gauche, aux côtés de Xavier MICHELIN, président de l’UNMFREO et de son directeur Serge CHEVAL

europe4Le deuxième jour était consacré au Conseil statutaire qui a étudié notamment l’avant-projet du mouvement des MFR, projet qui sera renouvelé en 2015 et présenté à l’Assemblée générale du mouvement qui se tiendra en juillet prochain à Nantes. Les travaux ont été suivis par l’intervention de Mme Laure COUDRET-LAUT, Conseillère Education, Enseignement supérieur, Multilinguisme, Jeunesse et Sport à la Représentation Permanente de la France auprès de l’UE (photo ci-contre).

« Il faut rester très enthousiaste pour l’Europe » (…) je pense que ça vaut la peine d’agir » : ces quelques mots résument bien la tonalité du message que Mme COUDRET-LAUT a délivré à la délégation des MFR ce matin-là. « Il est très important que je puisse rencontrer des gens qui sont sur le terrain et qui représentent la société civile, pour moi c’est un privilège d’être invitée à votre Conseil d’Administration » précise-t-elle.

Mme COUDRET-LAUT a commencé par expliquer qu’elle regrettait une récente redistribution des cartes concernant les questions d’éducation et de formation : « la politique de la formation professionnelle et la politique de la formation des adultes sont passées à l’Emploi, elles sont perçues maintenant comme une remédiation à la lutte contre le chômage et on trouve cela dommage (…) il va falloir qu’on articule la façon dont on travaille au Conseil de façon à ce que cette compétence qu’on a acquise depuis longtemps sur toute l’éducation, on ne la perde pas ».

Elle a ensuite souhaité défendre la « transparence » des décisions prises à Bruxelles et mettre en avant les possibilités d’y participer : « arrêtons de dire que tout est obscur, caché (…) tout a été validé par nos gouvernements, tout ce que nous faisons est transparent (…) il faut écrire collectivement, vraiment je vous encourage (…) la France a donné sa position sur Education et Formation 2020, il y a des possibilité pour les acteurs de prendre des positions, c’est la force de la France, il faut le faire,  il y a des occasions, des moments : il faut les saisir ! »

Mme COUDRET-LAUT a ensuite invité directement les MFR à s’engager. « Le Conseil Education, Jeunesse, Culture et Sport, travaille des textes non législatifs, se met d’accord pour agir ensemble, et il y a des sujets qui vont vous intéresser ! » lance-t-elle à la salle. Extraits :

1-« On va favoriser l’entreprenariat dans sa dimension jeunesse, qui pourra être vue comme une compétence de base transversale dans l’éducation, de la petite enfance jusqu’à l’université » ;

2-« Nos conclusions ont été reconfigurées, elles étaient segmentées (école, université, formation professionnelle), on va vers une approche vraiment transversale, avec des compétences qu’on acquiert dans tous les endroits d’éducation et qu’on valorise dans tous ces endroits (…) on aborde les questions de façon beaucoup plus globale, avec l’idée qu’on avance dans la continuité (…) on avance dans la validation de l’éducation formelle et non formelle » ;

3-« Avec le programme Erasmus+ on a privilégié une enveloppe pour la jeunesse (…) au bout d’un an je suis demandeuse de retours de votre part, de difficultés que vous pourriez avoir rencontrées (…) il y a un gros problème sur les échanges scolaires, le partenariat a été vu de façon trop large, on constate une réduction drastique du nombre de projets pour la France, mais aussi en Allemagne et dans beaucoup d’autres pays ».

Erasmus_plusMme COUDRET-LAUT a ensuite présenté les résultats qu’elle juge incontestables aujourd’hui de la mobilité en terme d’employabilité : « La dernière étude d’impact Erasmus montre que les gens qui partent sont des gens qui avaient dans la tête l’idée de partir, il faut la donner cette idée, sinon on rompt l’égalité entre les enfants ». Elle ajoute : « Qui est parti a acquis ! C’est une évidence, l’employabilité d’un jeune est accrue par la mobilité (…) cette étude formidable a été bridée par la presse, et c’est devenu les bébés Eramus ! ».

NB : Les Maisons familiales rurales ont depuis longtemps compris l’intérêt de la mobilité pour les jeunes, en répondant notamment aux appels à proposition Erasmus. Voici quelques articles précédents traitant de ce thème :
Lancement d’un partenariat stratégique européen porté par les Maisons familiales rurales
Mobilités européennes 2014 : « Osons la mobilité ! »
Journée nationale UNAF au Parlement européen : les MFR invitées à témoigner

Après avoir évoqué les opérations européennes concernant l’éducation et la jeunesse, en rappelant notamment que le calendrier des appels à proposition Erasmus+ 2015 était en ligne, Mme COUDRET-LAUT a conclu en présentant la Garantie Jeunesse, destinée à « mettre dans l’action des jeunes qui ont décroché ». Elle a affirmé que même si « on n’avait pas encore de résultats (…) les plateformes de décrochage ont été bien organisées pour évaluer qui étaient les décrocheurs et où ils étaient, ça a vraiment bougé du point de vue de la coopération entre les ministères, en France on a amélioré la situation des décrocheurs, c’est faible mais ça a bougé (…) c’est ce que montre le moniteur de la formation et de l’Education de l’UE« .

C’est sur cette note d’optimisme que Mme COUDRET-LAUT a conclu son intervention, et que les participants à ces deux journées ont terminé leurs travaux.

europe3Consultation de l’avant-projet du mouvement des MFR, en route vers 2025 !


Poster un commentaire

A la découverte des pratiques professionnelles en Allemagne

WP_20141014_013Huit jeunes de la Maison Familiale Rurale des 4 vents de Ramonchamp sont partis dernièrement, sous l’égide de Stéphane Etienney, dans le land de la Sarre plus précisément à Nohfelden pour s’approprier des techniques de travail et d’organisation d’un centre équestre Outre-Rhin.

Mathide Miclo, formatrice en langue allemande et Chantal Galliot, formatrice des matières techniques, se sont partagés la tâche pour conduire ces 6 filles et 2 garçons au Gestüt Nahetal. Un élevage de chevaux islandais fort d’un cheptel de 135 têtes. « C’était super car au-delà d’une expérience linguistique c’était une façon très agréable de découvrir le travail avec le cheval de manière très différente de ce que nous connaissions » précise Abigaël.

WP_20141016_003L’objectif est atteint : celui de permettre aux jeunes de s’ouvrir au monde et aux autres et par la même occasion de leur redonner du sens à l’apprentissage des langues. Ce premier pas dans un pays frontalier leur permettra aussi de se projeter dans les nombreux projets européens qui sont mis à leur disposition dans l’école ramoncenaise. Une petite semaine en immersion qui a donc permis de contribuer à la maturité et à l’approfondissement des connaissances.

Suzanne Gessmer, responsable de la partie accueil de la structure équestre allemande, et son mari Clemens ont été ravis d’accueillir ce groupe de jeunes, des futurs jeunes professionnels en classe de première conduite et gestion d’une entreprise hippique.

Une demande de subvention avait été formulée par la coordinatrice des programmes européens de l’établissement, Joëlle JEANDEL. Dans le cadre du soutien d’une action innovante, l’office franco-allemand pour la Jeunesse a octroyé une aide forfaitaire de 1234 euros. Monsieur Burger, papa de Mathias, l’un des participants aura quant à lui apporter son aide à la réussite de ce projet en se proposant conducteur d’un véhicule.

IMG_0068

[Article aimablement transmis par Joëlle JEANDEL, MFR de Ramonchamp]


Poster un commentaire

Ramonchamp : un nouveau partenariat à la MFR

Premier séminaire du partenariat stratégique KA 2 d’Erasmus + lancé à Nantes avec les Apprentis d’Auteuil de Bouaye en Loire Atlantique

seminar october 20145 délégations européennes se sont retrouvées du lundi 13 octobre au vendredi 17 octobre 2014 pour mettre en place les deux années de partenariat qui a pour thème : « l’influence du cheval dans nos vies ». Chaque partenaire offre une formation professionnelle dans le secteur équin. Ce projet subventionné par l’agence Europe Education Formation France pour 123 610 euros au total se déclinera en trois séminaires et 4 échanges d’une semaine, associant les élèves et les formateurs. L’Italie, le Portugal, la Suède et la Lettonie en plus de la France représentée par la MFR les 4 vents de Ramonchamp (88) et le lycée agricole Daniel Brottier de Bouaye (44) vont donc travailler ensemble pendant deux ans sur la réalisation de fiches pédagogiques qui regrouperont toutes les bonnes pratiques autour des chevaux que les élèves auront découvertes au cours des différents échanges.

Acte deux pour la Maison familiale Rurale de Ramonchamp qui de 2012 à 2014 a déjà travaillé avec les apprentis d’Auteuil de Bouaye sur cette même thématique mais en orientant les échanges pédagogiques sur les compétitions européennes. Un DVD a été réalisé à l’issue de ce travail collaboratif. Pour cette nouvelle édition, et avec les changements du programme Eramus + : 19 145 euros reviennent à la MFR.

Il s’agira donc de proposer aux élèves de seconde pro conduite et gestion d’une entreprise hippique de participer à un premier échange en Lettonie en février 2015 qui propose une activité sur l’élevage en hiver, avec visite du musée de l’élevage, la découverte des traditions locales et la visite de la capitale Riga située à 130 kms de l’école, puis en Italie dans un centre équestre situé près de Milan pour l’équithérapie du 4 au 8 mai 2015. Puis, les partenaires se retrouveront à la MFR de Ramonchamp sur la thématique « endurance et attelage », du 21 au 25 septembre 2015. Un séminaire de mi-parcours prévu en Lettonie permettra aux responsables techniques, Mmes Marie-Pierre Sevrin et Chantal Galliot, administratifs et financiers, ainsi qu’à la coordinatrice des projets européens Joëlle Jeandel de faire le point sur l’évolution du partenariat. En 2016, les échanges débuteront en mars avec le Portugal à Abrantes (150 kms au nord de Lisbonne) sur le thème du dressage, puis en avril 2016 en Suède (à 100 kms de Göteborg) pour l’entraînement de course. Le dernier séminaire réunira les partenaires en mai 2016 au Portugal. Ce sera l’occasion de rassembler toutes les fiches pédagogiques collectées par Marie-Pierre Sevrin, et pour les apprentis d’Auteuil de réaliser le passeport de compétences. Paulo Vincente de l’école agricole d’Abrantes et Joëlle JEANDEL de la MFR des 4 vents se partagent la partie communication, l’un en agrémentant le site web conçu à cet effet et l’autre la presse. Roberto Lambruschi de l‘Incontro a cavallo propose de gérer un réseau sur lequel les élèves pourront s’exprimer. Précisons aussi qu’une première semaine d’échange pour les professionnels a été proposée sur l’éthologie à Bouaye.

A n’en pas douter au vu des premiers échanges, ce partenariat sera très constructif et ne s’en arrêtera pas là. Déjà certains d’entre eux pensent à la suite, voire à travailler ensemble sur d’autres programmes européens.

Stéphane Etienney, le directeur de la MFR des 4 vents, précise : « tous ces partenariats mobilisent toute une équipe et sont une réelles opportunités pour nos jeunes. Nous n’hésitons pas à partager nos expériences pour aider d’autres établissements à mener ce type de projets ».

[Article aimablement transmis par Joëlle JEANDEL, MFR de Ramonchamp]


2 Commentaires

Lancement d’un « Partenariat stratégique » européen par l’UNMFREO au CNP de Chaingy

Du lundi 22 au vendredi 26 septembre 2014, le Centre National Pédagogique des MFR de Chaingy a accueilli 5 délégations européennes (dont la France représentée par les Maisons Familiales Rurales, porteuses du projet) pour un premier regroupement dans le cadre d’un partenariat stratégique européen visant à « préparer les métiers de demain en milieu rural ». Lire la suite


Poster un commentaire

Premières rencontres européennes sur l’éducation aux mondes et aux autres

Les Maisons Familiales Rurales françaises sont impliquées au sein d’un programme européen d’éducation aux mondes et aux autres dénommé « Parlez-vous global ? ».

accueil8 MFR pilotes et 8 fédérations (les 8 MFR pilotes sont membres des fédérations départementales de Drôme-Ardèche, Finistère, Ille-et-Vilaine, Isère, Maine-et-Loire, Marne-Ardennes-Aube, Vendée et Vosges) saisissent l’opportunité de ce programme pour mettre en œuvre des démarches et des actions parfois expérimentales, mais souvent transversales à plusieurs domaines d’enseignement, dans le but d’intégrer l’éducation aux mondes et aux autres au sein des plans de formation et des projets éducatifs des maisons. Lire la suite