Le blog des Maisons familiales rurales

MFR


Poster un commentaire

Une Licence vous tente ? La Licence Professionnelle Aménagement et Urbanisme, Développement rural démarre dès novembre 2013 !

Un nouveau parcours de formation est proposé cette année par le Centre National Pédagogique des MFR à Chaingy en partenariat avec l’université d’Orléans : la Licence Professionnelle Aménagement et Urbanisme, Développement rural. Les cours commencent dès le mois de novembre 2013 mais il est encore temps de vous inscrire, alors n’hésitez pas !

Pour tout renseignement, contactez le CNP au : 02 38 46 67 67.

bando-cnp

Centre National Pédagogique des Maisons Familiales Rurales – Université d’Orléans –SEFCO –

Une nouvelle Licence Professionnelle Aménagement et Urbanisme, Développement rural :

Les associations MFR ont besoin de personnes ressources formées à la connaissance, la compréhension des fonctionnements et des activités des territoires sur lesquels elles interviennent. Dans leur démarche pédagogique d’une formation alternée, les membres des équipes des MFR sont souvent à l’interface des acteurs des territoires en tant que liens, sources de questionnements et forces de propositions.

Ce dispositif permet la validation d’une Licence professionnelle Aménagement du Territoire et Urbanisme. Réaliser un diagnostic de territoire pour mener des actions de développement, connaître et comprendre les enjeux sur les territoires d’implantation des MFR pour mieux les appréhender, affirmer un projet de développement de formation devant les décideurs, impliquer une équipe, des personnes en formation dans des projets territoriaux …sont autant de situations que le parcours de formation Licence Pro Aménagement du Territoire, Développement Rural peut vous aider à concrétiser.

Une Licence dans le champ de l’Ingénierie territoriale, pour quoi ?

  • Pour permettre une meilleure approche concernant les évolutions récentes des territoires, les pratiques et les outils des acteurs territoriaux avec lesquels les MFR, mais aussi les Fédérations Départementales et Régionales sont amenées à travailler au quotidien.
  • Pour construire des compétences professionnelles en ingénierie et veille territoriale, en ingénierie de projet de développement territorial, local et durable, en animation de réseaux, en stratégie de communication.

Pour qui ?

Tous les professionnels du champ de l’éducation et de la formation (moniteurs, directeurs, chargés de mission, responsables pédagogiques, responsables de filières …), diplômés d’une formation Bac+2, et désireux d’actualiser leurs connaissances et leurs compétences en termes, d’évolutions des stratégies d’acteurs, des modes de gouvernance, des théories du développement durable et de l’économie sociale et solidaire et des renouvellements des pratiques et du contexte en matière de développement territorial.

Où et quand ?

Sur 2 années universitaires, de novembre 2013 à mai-juin 2015 (voir calendrier plus bas).

Les sessions de formation ont lieu au Centre National Pédagogique des MFR à Chaingy. Toutefois, il est prévu 2 sessions et la soutenance du mémoire à l’Université d’Orléans distante d’une vingtaine de kilomètres du C.N.P.

Comment ?

La formation est conçue par alternance de sessions de 3 jours – 2 sessions de 5 jours – espacées de 3 à 5 semaines.

Sur le terrain professionnel (140 heures d’autoformation) : Le stagiaire en formation procède à l’auto direction de son projet par recueil et analyse de données, approfondissement conceptuel et rédaction progressive de son mémoire. Il prend soin de choisir un tuteur professionnel – interlocuteur privilégié- auprès de qui, il peut trouver écoute, conseils et accompagnement professionnel.

planing_licence_pro_2013


1 commentaire

Philippe Meirieu auditionné par le « Collectif des présidents pour l’amélioration de la formation professionnelle »

Meirieu_mfrPoursuivant son cycle d’auditions, le COLLECTIF DES PRÉSIDENTS pour l’amélioration de la formation professionnelle, présidé par Yves ATTOU, a auditionné lundi dernier Philippe MEIRIEU dans les locaux de l’UNMFREO (dont le président, Xavier MICHELIN, est lui-même inscrit dans ce collectif).

En véritable « fil rouge » de ses réflexions, le Collectif des présidents a pour objectif de « redonner du sens » à la formation professionnelle et ambitionne de faire entendre la voix de la société civile sur ce thème.

C’est donc dans ce contexte que Philippe MEIRIEU, chercheur en Sciences de l’éducation et vice-Président de la région Rhône-Alpes chargé de la formation tout au long de la vie, est venu apporter son éclairage sur les enjeux de la formation professionnelle aujourd’hui.

Celui-ci est tout d’abord revenu sur les choix historiques qui tracent aujourd’hui encore les contours de l’école et font selon lui du système scolaire une « structure nationale invariante et invariable à laquelle tout est mêlé ». Ainsi, « l’éducation est souvent confondue avec l’école (…) et la formation continue ne représente que très peu de choses dans la nouvelle loi sur la refondation de l’école » regrette Philippe MEIRIEU. D’autre part, il remarque que la « forme scolaire est prédominante partout »

P. MEIRIEU a ensuite rappelé la nécessité pour la formation professionnelle de conjuguer une triple finalité entre trajectoire personnelle (nécessitant mise en confiance, approfondissement, accompagnement), trajectoire professionnelle (mettant en jeu l’employabilité) et trajectoire culturelle (tentant ainsi de répondre au retard pris dans ce domaine par une grande partie de la population selon lui).

Il a par ailleurs souhaité interroger deux termes très utilisés en formation, individualisation et compétence, non pour les dénoncer mais plutôt pour mettre en lumière certaines dérives possibles. Le premier de ces termes met en jeu selon P. MEIRIEU un système de « détection-dérivation » qui peut amener en effet à de l’exclusion dans le cadre de la mise en place d’indicateurs mesurant les taux de réussite par exemple… « Pas de formation sans structuration et accompagnement extrêmement ferme du collectif » affirme-t-il. Le terme « compétence » comporte quant à lui le risque selon P. MEIRIEU de l’atomisation et du découpage de la formation. « On peut finir par découper tellement que l’objectif-évaluation écrase la situation d’apprentissage » insiste-t-il.  P. MEIRIEU ajoute que « le temps d’apprendre n’est plus pensé dans sa spécificité avec ses silences, ses hésitations, son humaine condition (…) la notion d’alternance n’est plus réellement interrogée dans sa complexité (…) la notion d’oeuvre et de chef d’oeuvre disparait ».

Revenant également sur le système de la formation pour adultes en France, Philippe MEIRIEU a affirmé la nécessité de le simplifier, dénonçant un certain manque de fluidité dans les relations verticales et horizontales entre les différents acteurs de la formation. Il a enfin regretté le « mauvais signal » donné par l’absence actuelle de ministre pour la formation professionnelle, après le récent départ de Thierry REPENTIN…